Tekava
Après six jours de navigation tranquille, nous arrivons dans l’archipel des Gambier perdu au milieu du Pacifique.  Tahiti est à plus de 1600 kilomètres au nord-ouest.  Nous avons hâte de retrouver nos amis…

Samedi 30 Décembre 2017 – Départ pour les Gambier

La veille de notre arrivée nous mettons les lignes à l’eau.  C’est l’occasion d’essayer le nouveau Rapala que nous a offert Patrick et Noëlle (Utopie).  En moins d’1 heure la crécelle du moulinet chante et le fil se dévide rapidement.  Vite, je serre le frein du moulinet au maximum, nous rentrons le génois et changeons de cap pour ralentir… Il était temps car il ne reste presque plus que quelques tours de fil sur le moulinet quand enfin le poisson tire un peu moins.  Je me brûle en touchant le moulinet!  A plus de 300 mètres derrière le bateau nous voyons un espadon voilier sauter hors de l’eau.  Pourvu que le fil tienne bon… par chance le marlin se décroche et notre ligne est sauve…  Mais le nouveau Rapala est bien amoché avec un hameçon cassé, un autre tordu, et le corps entaillé… Cà devait être une belle bête!
Leurre offert par Utopie... après attaque de marlin

Vendredi 6 Janvier – Les Gambier

Après un passage rapide par le village, où nous retrouvons Ha-Tak et Ilona, notre premier mouillage est au sud de l’ile de Taravai… en face de chez Denise et Edouard.  Leur maison est là dans son écrin de verdure.  Après quatre ans à Tahiti ils sont revenus dans leur maison quelques semaines plus tôt… Quelle coïncidence!
Taravai - maison de Edouard et Denise
Tao est mouillé sur un lac entre les iles de Taravai et Agakauitai.
Agakauitai
C’est à bord de Tao que les retrouvailles se font autour d’un rôti de porc que Denise à préparé.  Nous sommes contents de retrouver aussi Marc et Jane (Ratafia) qui se joignent à nous.
DSC08055

Mercredi 24 Janvier – Motu Tekava

Nous avons hâte de nous baigner autour des motus qui bourgeonnent le long de la barrière de corail de la côte est de l’archipel.  C’est à la voile que nous y allons…
Tao par Ratafia
En compagnie de Ratafia, qui lui s’arrête dans le lagon de l’ile de Akamaru.
Ratafia
Au passage nous longeons quelques fermes perlières.
Ferme perlière
et moins de deux heures plus tard nous trouvons, à l’abri du motu Tekava, un joli bassin bleu turquoise pour poser notre ancre dans trois mètres d’eau.  Vaiatekeue au nord de Totegegie (Aéroport)

Nous sommes entourés de patates de corail qui affleurent quand la marée baisse.
Tekava
Devant Tao la barrière de corail nous protège de la houle et des vagues de plus de deux mètres qui font un bruit de fond constant… un peu comme sur le bord du périphérique, mais… pas tout à fait Winking smile 
Tekava
A peine l’ancre enfouie dans le sable blanc, nous sautons à l’eau avec nos masques et tubas pour une première visite chez nos voisins qui sont aussi curieux que nous.
Poisson-ange peau-de-citron
Le temps passe vite loin de tout à vivre au rythme de la nature.  Nous en profitons pour faire quelques bricolages comme l’installation d’un compteur de chaine, le branchement d’un multiplexeur pour recevoir les données de navigation sur l’iPad, graissage des hélices…  Et le soir c’est apéro sur les marches des jupes, face au coucher de soleil…
Tekava